Carcassonne : incendie de Gamm Vert : «le caractère volontaire fait peu de doute»

Après le violent incendie qui a pris d’assaut la réserve de la jardinerie ‘‘Gamm Vert’’ de Salvaza, jeudi soir peu avant 21 h (notre édition d’hier), l’heure était hier au bilan des dégâts occasionnés. « Pour des raisons techniques, vos magasins seront fermés jusqu’à une date indéterminée », pouvait-on lire hier matin, sur la grille d’entrée du parking de la jardinerie.

Préjudice en cours d’évaluation

Responsable de la communication pour le groupe agricole chaurien ‘‘Arterris’’, dont dépendent les magasins ‘‘Gamm Vert’’, Thierry Teyssou a été peu disert hier sur les conséquences de cet incendie : « Les dégâts sont uniquement matériels et le préjudice est en cours d’évaluation. » Sur la question d’un inévitable chômage technique pour les salariés de l’enseigne carcassonnaise, Thierry Teyssou nous a simplement indiqué que « notre service des ressources humaines travaille actuellement sur le sujet pour épargner le maximum de personnes… » On n’en saura pas plus sur le nombre de personnels concernés, même si les secours évoquaient mercredi soir une vingtaine de personnes.

Mercredi soir, c’est aux alentours de 20 h 40 que l’alarme incendie de la réserve de la jardinerie a donné l’alerte, déclenchant l’intervention des secours. « Trois fourgons incendie, la grande échelle ainsi qu’une ambulance ont été engagés dans un premier temps, nous a indiqué le capitaine Franck Duchemin, chef du service opération au Sdis11, avant qu’un échelon de commandement soit appelé en renfort avec trois ambulances  supplémentaires et une équipe spécialisée dans les risques chimiques, compte tenu du nuage de fumées toxiques généré par l’incendie. »

Risque chimique et pollution écartés

Sur place, au plus fort de cette intervention, ce sont 80 sapeurs-pompiers venus des centres de Carcassonne, Bram, Castelnaudary, Limoux, Trèbes, Capendu, Montréal ou encore Alzonne qui ont été mobilisés pour une bonne partie de la nuit. « Nous avons commencé à attaquer les flammes par l’extérieur, alors qu’il y avait une propagation à la réserve de la jardinerie, proche d’un stockage de divers produits phytosanitaires », a précisé le capitaine Duchemin.

Plusieurs lances ont ainsi été déployées au sol, avec un appui aérien depuis la grande échelle. En parvenant ainsi à cloisonner l’incendie dans la réserve où il faisait rage, les pompiers sont finalement parvenus à le circonscrire vers 1 h du matin, sans que la surface de vente soit impactée. À noter que le risque de pollution par les eaux d’extinction comme celui de la toxicité des fumées ont été écartés par un réseau de mesures réalisé par l’équipe ‘‘risques chimiques’’. Dès hier matin, les policiers de l’identité judiciaire de Carcassonne se sont rendus sur les lieux du sinistre, où des prélèvements ont été effectués dans le but de comprendre l’origine du départ de feu, dont le caractère volontaire fait peu de doute (la jardinerie avait fermé ses portes au public vers 19 h 20, Ndlr). Des images de vidéosurveillance sont également en cours d’exploitation.


Source : L’indépendant (page 4 – 15/06/2018)

Photo : SDIS11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
RSS