Carcassonne : remplacement des travailleurs audois par des migrants clandestins

Apprentissage à Carcassonne : des employeurs recherchent des cuisiniers et des serveurs
Le centre de formation pour apprentis de Carcassonne ne fait pas le plein pour les formations comme cuisinier ou serveur. Des offres ne sont pas pourvues. Mais nouveauté, ces formations ont la cote auprès des jeunes migrants.

« En 2017, fautes de candidats, une quarantaine d’offres permettant d’être formé comme cuisinier ou comme serveur, n’ont pas été pourvues », constate Myriam Ledoux, directrice de Sud Formation qui dirige le CFA de Carcassonne.

D’une façon générale, la principale difficulté à laquelle sont confrontés les enseignants du CFA, est celui du « savoir-être » de certains apprentis. A ce propos, la bonne surprise en la matière s’est affichée avec la venue récente des jeunes migrants suivant le cursus de formation des métiers de la restauration. Des personnes « particulièrement motivées et au savoir-être irréprochable », se réjouit Jean Caizergues, ex-président de la CCI. Dans les faits ils représentent 36 % des effectifs en CAP cuisine de première année.

« Les inscriptions des jeunes migrants en apprentissage est un phénomène qui est apparu en force l’année dernière, constate Myriam Ledoux. Les entreprises sont hyper satisfaites. Il est juste dommage qu’il y ait pour l’instant le frein de la langue »…

A ce sujet, ne pas manquer le salon TAF programmé le 13 mars à la salle du Dôme, de 9 h à 17 h. Une occasion de « trouver des aides, de découvrir les offres de formation, de trouver un emploi en rencontrant directement les entreprises qui recrutent, de découvrir un métier et définir un projet professionnel ».

A lire le dossier complet dans l’édition carcassonnaise de ce samedi 10 mars ainsi que dans la zone abonnés numérique dès ce vendredi soir.


Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
RSS