Port-La Nouvelle : les clandestins auront droit à un hôtel

Port-La Nouvelle: l’Hôtel du Port « zone d’attente » pour les clandestins du port

Un arrêté préfectoral, en date du 17 janvier dernier, officialise ce changement…

Un arrêté préfectoral, « portant création d’une zone d’attente sur la commune (…) pour les étrangers non admis sur le territoire national » a été pris la semaine dernière par Alain Thirion.

En fin de compte, il ne s’agit pas vraiment d’une « création », mais d’un changement. En effet, jusqu’à présent, c’est l’hôtel l’Escale qui assurait cette mission et qui a choisi d’y renoncer.

Toussaint Francisci, patron de l’hôtel du Port, voisin presque immédiat de la Police aux Frontières, prend le relais.

Sur « l’emprise du port »

« Les autorités cherchaient un autre partenaire. J’ai accepté, en considérant qu’il faut savoir être solidaire et désintéressé. Sachant qu’à ma connaissance, je vais être assez rarement sollicité », commente Toussaint Francisci. Et il a raison. En effet, l’arrêté préfectoral indique que son établissement, une fois « zone d’attente » aura pour vocation d’accueillir les étrangers « lorsqu’ils sont en transit et qu’ils ne peuvent pas entrer dans leur pays de destination, lorsqu’ils ne sont pas admis à entrer sur le territoire français ou lorsqu’ils sollicitent l’admission au titre de l’asile », sachant que ceci concerne « l’emprise du port de Port-La Nouvelle ».

Prestation (très) ponctuelle

Le directeur de la Police aux Frontières, le commandant Philippe Badie, confirme cet aspect « ponctuel » des choses. En effet, la zone d’attente ne concerne que les étrangers qui débarquent clandestinement ou volontairement dans le but de demander l’asile, dans le port de Port-La Nouvelle et, selon lui, cela ne s’est pas produit en 2017 et ne se produit qu’une à deux fois par an. « Sachant que la personne prise en charge dans ce cadre ne passe qu’une journée, voire deux, dans l’établissement avant d’être redirigée vers une autre structure ou reconduite à la frontière de son pays », précise-t-il.

Réglementation des ports, gares, aéroports…

La création de cette « zone d’attente » répond non seulement aux contraintes fixées par la loi française relative à l’entrée et au séjour des étrangers du droit d’asile mais aussi aux accords de Schengen qui réglementent notamment les contrôles aux frontières. Toutes les grandes gares, comme les aéroports et, évidemment les ports disposent de telles zones.

Si l’augmentation du trafic portuaire à l’horizon 2022, après les travaux d’extension du port est conforme aux attentes, il est probable que les clandestins et étrangers en situation irrégulière seront plus nombreux. Mais dans des proportions infimes qui ne changeront guère la donne.


Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
RSS