Limoux : abandonnée par la ville, l’église de la Miséricorde tombe en ruine et ferme ses portes

L’église de la Miséricorde à Limoux: un chef-d’œuvre en péril
Patrimoine. Cet important lieu de prières par le passé subit les assauts du temps.

La bâtisse, nichée dans le cœur de ville, subit de plus en plus les outrages du temps.

Qu’elle était jolie cette ancienne chapelle du couvent des Augustins qui, après avoir été dévastée par un incendie en 1685 fut restaurée dans le style baroque. Durant de nombreuses décennies, elle fut le témoin du bonheur de Limouxins qui la fréquentait pour sceller leur union. Messes, communions, elle constitua longtemps un important lieu de prière pour les fidèles de la ville.

Longtemps aussi, les locaux attenants servirent de salle de catéchèse pour les jeunes limouxins.

Une église défigurée

Il y a quelques années, humidité, pigeons et tuiles de toit cassées ont contraint les responsables du culte à fermer cette église, plongeant ainsi la bâtisse dans un profond sommeil.

Danièle Théron, telle les gardiens du temple, conserve les clés de la chapelle et quand, épisodiquement, elle se hasarde à une visite des lieux, c’est avec consternation qu’elle constate la progression irréversible des dégradations.

Salpêtre et moisissures envahissent chaque jour davantage les différentes salles, des blocs de plâtre décrochés du plafond ont détérioré des statues, le magnifique retable du XVIIIe siècle semble, pour l’instant, immaculé mais pour combien de temps?

Un patrimoine limouxin

Au-delà de tout clivage religieux, l’église de la Miséricorde représente un patrimoine architectural local de renom, cité dans de nombreux manuels historiques et même encore aujourd’hui une référence sur la toile numérique.

De nombreux Limouxins croyants ou non aimeraient voir revivre cette bâtisse de la rue des Augustins.

«Pourquoi ne pas en faire une salle d’expositions?» commente un voisin.

Certes les travaux de rénovations sont d’importance et le contexte économique actuel est peu favorable. Mais peut-on pour autant abandonner au ravage du temps une chapelle qui a traversé les siècles?

Il y a urgence car elle risque de devenir, dans quelque temps, un tas de ruine en centre-ville.

 


Source : L’Indépendant

Photos : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
RSS