Limoux : “cette ville gérée de façon dictatoriale par un seul homme” (Limoux Renouveau)

Limoux Renouveau, opposant historique majoritaire de droite, voudrait garder la main. 

Après la présidentielle et les législatives de 2017, les premiers à clairement se positionner sur l’échiquier politique local, en vue des municipales de 2020, seront les membres de l’opposition majoritaire et historique au socialiste Jean-Paul Dupré… Limoux Renouveau. Les cinq conseillers municipaux de droite, élus en 2014, après une campagne particulièrement difficile contre un député maire, à l’époque indéboulonnable. Ils ne veulent pas se laisser aujourd’hui voler la vedette par d’autres candidats tapis dans l’ombre, très actifs à la machine à sondages limouxine, celle des rumeurs sous les Arcades.

Derrière Pierre Bac le leader, Martine Pérez, Danièle Luquet-Pagès, René Cuomo, Martine Azaïs, sont fin prêts pour repartir à l’assaut de la citadelle Dupré, fragilisée, pendant les deux ans qui lui restent à la tête de la commune. Le paysage politique bouleversé, de nombreux appétits s’aiguisent ! La droite voudrait bien garder son leadership. « Nous voudrions travailler comme une opposition normale mais dans cette ville gérée de façon dictatoriale par un seul homme qui fait régner l’omertà, c’est impossible ! Même si nous sommes minoritaires, on peut dire qu’au conseil communautaire au moins, nous sommes écoutés, et respectés. À Limoux le maire qui a été longtemps député, a gouverné cette ville à 50 % de son temps, pendant qu’il était à Paris ou ailleurs. », attaque Pierre Bac.

« Au bilan de nos 1 000 jours dans l’opposition, on ne peut redire que ce que nous disons depuis le début. La ville n’évolue pas vraiment dans le bon sens. Le centre-ville se meurt et nous devons poser de nombreuses questions au maire Jean-Paul Dupré à ce sujet. Y a-t-il un projet d’ensemble pour les travaux en ville dont nous n’aurions pas été avertis ? Pourquoi les nouveaux bâtiments au rond-point de Leclerc sont-ils au point mort ? Où sont les nouveaux hôtels promis pendant la campagne ? Pourquoi rue Barberouge, les propriétaires une fois expropriés, aucuns travaux n’ont été commencés depuis 10 ans, comme prévu ? Idem pour l’escalier à côté du musée Petiet ou la maison effondrée en face de la mairie, pareil pour celle de la rue toujours barrée, du Collège également effondrée. Il faut rendre le centre-ville attractif et propre pour qu’il soit réinvesti. Il avait un excellent projet à l’ancienne École Victor-Hugo sur des logements pour les seniors. Où en est-il ? Le marché du vendredi est devenu un véritable puzzle, éclaté sur la ville. Sera-t-il un jour recentralisé sur la place de la République et ses rues adjacentes ? Si l’événementiel fait parti de l’ADN limouxin et est heureux pour son économie, ne pensez-vous pas que trop de fêtes et d’animations qui se télescopent et mal gérées, ne vont-elles pas desservir justement l’image de Limoux ? Un catalogue de questions pour les opposants de Limoux Renouveau qui va de pair avec celui des propositions. Comme revoir les totalement les aménagements des bords d’Aude. « Nous avons un bord d’Aude exceptionnel et très agréable et il est laissé quasiment à l’abandon ! » souligne René Cuomo. Les municipales arrivent à grands pas.


Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
RSS