Lacombe : aucun moyen de communication depuis plus de 10 jours. Les habitants sont furieux.

Benoît Soulié, 2e adjoint à la mairie de Lacombe ne décolère pas: «Qui se soucie de la ruralité? À Lacombe nous sommes coupés du monde !» Ce petit village de la montage Noire de 188 habitants, population composée majoritairement de personnes âgées, est injoignable depuis une dizaine de jours.

Après un fonctionnement par à-coups depuis plusieurs mois, la liaison internet à haut débit a rendu l’âme, isolant un peu plus le village. «La mairie ne répond plus. Au XXIe siècle, c’est inouï», explique Benoît Soulié. «Nous ne pouvons plus travailler en réseau, et pour un exploitant agricole, c’est la catastrophe. Économiquement, c’est l’isolement total, explique l’élu, qui se gausse du très haut débit, vanté par les opérateurs. Les usagers contraints de passer par internet pour bénéficier du téléphone et de la télévision sont privés de communication. Et, cerise sur le gâteau, la téléphonie mobile, promise depuis 5 ans, n’est toujours pas accessible en dépit d’un pylône inauguré récemment. Roland Courteau s’est battu au Sénat pour réduire les zones blanches et grâce à son intervention, nous avons enfin le pylône. Mais personne ne nous le branche», déplore l’élu. Plus grave, «des personnes âgées, qui ont le dispositif d’appel en cas de chute, ne peuvent plus être jointes. Je fais le tour tous les matins des personnes les plus vulnérables, explique l’adjoint. Mais ça ne peut pas durer…»

 Du côté d’un des opérateurs, on explique que toute panne technique nécessitant des travaux dans le sous-sol exige deux types d’autorisation: celle des gestionnaires de voiries et celle des exploitants des réseaux (gazier, électricien). Des autorisations dont les délais sont forcément longs, surtout en période estivale.


Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
RSS